Ingénieur/e recherche et développement (R&D) en agroéquipement

L'ingénieur recherche et développement (R&D) en agroéquipement imagine le tracteur et les machines de demain, les drones ou les robots qui assisteront les exploitants agricoles ou forestiers, sans perdre de vue le rendement et le respect de l'environnement.

Avec le développement de l'électronique embarquée dans les engins et une agriculture en pleine évolution qui se tourne de plus en plus vers le bio, l'ingénieur R&D en agroéquipement fait évoluer tracteurs, machines à traire, élagueuses ou moissonneuses-batteuses. Il développe également de nouveaux outils pour assister l'exploitant agricole, rural ou forestier, tels que des drones de surveillance des cultures ou des troupeaux, des robots qui désherbent les parcelles de cultures, etc. Il travaille chez un constructeur au sein d'un bureau d'études ou dans une start-up, souvent en équipe, parfois en anglais. Sa curiosité et son sens de la communication complètent son bagage technique.

Missions

Cahier des charges technique

À la demande du service marketing qui lui fait notamment part des besoins des utilisateurs, du marché, de la concurrence… l’ingénieur recherche et développement (R&D) imagine une nouvelle fonction, une amélioration pour une machine ou une pièce… ou un tout nouvel équipement. Il rédige un cahier des charges technique qui guidera sa démarche. De manière générale, il accompagne et/ou anticipe les changements du secteur agricole, rural et forestier, dans le sens de la compétitivité internationale et du respect de l’environnement, sans perdre de vue sûreté, coûts et délais.

Équipe projet

Il intègre une équipe projet spécifique à chaque travail et se lance dans une étude de plusieurs mois, qui va déboucher sur la création d’un prototype. Il réalise des études, essentiellement sur ordinateur, mais peut aussi rencontrer l’utilisateur dans son environnement professionnel (champs, bergeries, forêts, etc.). Il effectue des calculs sur la résistance des matériaux, conçoit des circuits ou des cartes électroniques, par exemple.

Jusqu’à la production

L’ingénieur R&D suit les essais sur le prototype et fait les adaptations nécessaires. Il travaille avec le service méthodes pour la préparation de la fabrication industrielle, ce qui nécessite parfois de créer des machines de production ou d’adapter les dispositifs existants.

Des équipes différentes

L’ingénieur recherche et développement (R&D) travaille en équipe projet souvent pluridisciplinaire, puisque les agroéquipements font appel à l’électronique, l’hydraulique, la mécanique, la plasturgie, l’agronomie ou la chimie (pour ce qui concerne les produits phytosanitaires, par exemple). Une équipe est constituée pour chaque projet et peut inclure des prestataires extérieurs. Elle peut aussi avoir une envergure internationale dans les grandes entreprises.

Du dessin à l’atelier

L’ingénieur R&D travaille à sa table, en conception assistée par ordinateur (CAO), généralement à l’aide de logiciels. Pour autant, il n’est pas déconnecté de l’utilisateur et de la fabrication, contrairement à son homologue de l’industrie automobile, par exemple. Il collabore étroitement avec le prototypiste, qui réalise la première version de son invention. L’ingénieur R&D en agroéquipement doit se soucier de la faisabilité de son innovation et accompagner les méthodes, ainsi que les outils nécessaires à sa fabrication.

Créativité contrôlée

S’il est encouragé à être créatif, l’ingénieur R&D doit tout de même respecter des coûts et des délais. Son travail vise à développer des équipements précis et sûrs qui font gagner du temps aux exploitants, tout en leur apportant plus de confort. Beaucoup de critères à respecter !

Qualités requises

Compétences requises

Une dominante technique

Un bagage technique à dominante mécanique est la base de l’ingénieur recherche développement (R&D) en agroéquipement. Dans une grosse équipe, il pourra parfois être spécialisé en hydraulique, plasturgie, électronique, etc. En outre, il maîtrise les outils informatiques et numériques, les logiciels, qui font en général partie de sa trousse à outils.

De l’aisance, même en anglais

L’ingénieur R&D s’exprime avec aisance, il sait expliquer ses idées, argumenter et convaincre, à l’écrit comme oralement, et de plus en plus souvent en anglais. Il doit être capable de communiquer aussi bien avec l’utilisateur (dont il comprend les contraintes et les besoins) qu’avec les équipes de marketing ou de production.

Adaptable et créatif

Il sait travailler en équipe et s’adapter à de nouveaux défis, de nouveaux collègues, de nouvelles exigences. Il reste informé des avancées technologiques dans son domaine et garde un oeil sur la concurrence. Curiosité, rigueur et créativité lui sont également indispensables.

 

Evolutions professionnelles

Un ingénieur R&D qui a acquis de l’expérience peut, par exemple, évoluer vers un poste de responsable de projet, de chef de produit technique ou encore de consultant. En fonction de sa spécialité et des projets sur lesquels il a travaillé, il peut même envisager de changer de secteur (automobile ou travaux publics essentiellement).

Employeurs

De la start-up au groupe international

L’agriculture est en pleine mutation : on revient à des parcelles plus petites, on replante des haies, on réduit l’usage des pesticides. Les agroéquipements doivent s’adapter et font les beaux jours de la recherche développement (R&D). Depuis les gros constructeurs, qui doivent se démarquer de la concurrence, jusqu’aux start-up pointues qui développent les drones et autres petits robots pour assister les agriculteurs ou les maraîchers, tous ont besoin d’ingénieurs R&D. Ces derniers ont plus ou moins de responsabilités selon les employeurs.

Débutants acceptés

Si les postes en R&D sont traditionnellement réservés aux ingénieurs, possédant une première expérience, certaines entreprises, devant la difficulté à recruter les bons profils, se tournent vers des débutants, et même des techniciens passés par le service après-vente, une excellente école pour maîtriser la technique et connaître les produits.